Freedom Of Speech

Bertrand 29 janvier 2012 0
Artiste(s):
Label(s):
Genre(s):
 
Les tops:
 La sincérité de l'artiste et les productions qui sont très riches

Les flops:
 Un peu de textes noyés à l'eau de rose, mais il faut être de mauvaise foi pour prétendre que ça gâche l'album

Note :
 3.5 sur 5
Freedom Of Speech

.

Deux ans après avoir gagné l’édition 2009 du Mercury Music Prize pour son premier album, « Speech Therapy », Speech Debelle est enfin prête à nous présenter son second album prévu pour le 8 Février.

« Freedom of Speech« , c’est le nom de cet album qui porte tout son sens quand nous nous attardons sur les thèmes abordés sur la galette. Au fil de l’écoute nous nous rendons vite compte que l’artiste se dévoile comme engagée face à ce qui l’entoure, se détournant de l’introspection pour prendre la parole sans gêne et défendre les thèmes de la révolution et de l’amour.

 Pour ceux qui la suivent depuis qu’elle a débuté vous vous rendrez vite compte que sa musique et ses paroles ont mûris, elle met en avant une façon de penser inchangée tout en s’y prenant d’une manière encore différente de ses débuts. La brutalité des punchlines ne semble pas si violentes sortant de sa bouche, et c’est ce qui fait que Speech Debelle est quelqu’un de talentueuse. Ce nouveau son est couleuvre d’une collaboration avec le jeune producteur Sud-Londonien, Kwes. On lui doit notamment le premier album de DELS et une collaboration avec Damon Albarn pour la réalisation du projet DRC sorti chez Warp en 2011.

Dans cet album nous retrouvons quelques « clins d’œil » si je puis dire, aux violentes et longues émeutes qui ont eu lieu cet été à Londres. C’est le titre « Blaze Up a Fire » en featuring avec Roots Manuva et Realism qui traite de révolution politique, un débat qu’elle a maintenu sur la toile, plus précisément via Twitter où elle provoque un débat passionné. Son discours empli de perspicacité, tandis que d’autres restés silencieux, a imposé le respect.

Pour parler de l’ordre des sorties précédant « Freedom of Speech » nous avons tout d’abord le droit à « Studio Backpack Rap » qui sort en free download et qui est le premier titre de l’album, il nous met directement dans le bain grâce à un flow imparable qui traite de révolution, faites vous bien à cette idée car la donzelle n’a pas sa langue dans sa poche. Petit détail intéressant par rapport aux productions de cet album, il faut savoir que Kwes était armé de son PC portable et de son clavier Midi pour l’intégralité de l’écriture de l’album. « On commença à travailler et je n’aurais jamais cru qu’on pouvait faire tant avec si peu d’équipement » précise Speech.

speech-debelle-shoot-1

La rappeuse va réellement faire plaisir aux vieux de la vieille du hip-hop tout comme les fans des newcomers. Un savoureux mélange de rap old school réalisé avec les moyens de notre époque qui ne calque aucun style précis, et c’est justement ce que l’on aime. Sa musique entrainante rend hommage à l’essence du hip-hop, ses paroles riches en idées vous fera réfléchir un tant soit peu sur les choses de tous les jours, autant que sur des idées plus politiquement engagées.

Encore bien trop peu connu à mon gout en dehors de l’Angleterre, Speech Debelle reste optimiste, revient encore plus forte que précédemment et fait sa musique dans son coin entourée des meilleurs qui rôdent dans l’univers de Big Dada. Ci-dessous le récent clip de « I’m Within » qui est un titre fort sympathique, qui fait un léger break entre deux titres de rap un peu plus rentre dedans.

Je terminerai avec le titre « Elephant in the Living Room » qui est pour moi le meilleur et plus beau titre de l’album.

Laisser une réponse »